«

»

Sans amoureux, manque-t-il quelque chose à mon bonheur ?

Avant de répondre à cette question, j’aimerais donner mon opinion sur ce que c’est que le bonheur pour moi.

Pour moi le bonheur c’est d’abord et avant tout, être bien avec soi-même et être en paix à l’intérieur.

Comment pouvons-nous être heureux et trouver le bonheur avec quelqu’un, si nous ne sommes pas heureux avec nous même. Si nous sommes mal dans notre peau et si les émotions du passé et les blessures de notre enfance, nous hantent encore et envahissent notre vie. Pour trouver le vrai bonheur, il faut faire l’effort de prendre le temps d’analyser sa vie et ses comportements. Et surtout, il faut vouloir profondément être heureux et en paix en dedans.

On dit que la sagesse commence à s’installer dans la quarantaine. En général, c’est vers cet âge que la recherche de paix et de bonheur intérieur commence vraiment à surgir. Avant cette période, souvent, nous sommes beaucoup trop préoccupées à élever les enfants ou à performer au niveau de son travail.

Avoir 40 ans, nous amène souvent à réfléchir sur sa vie et à faire une mise au point sur ce que l’on veut réellement vivre et sur nos besoins réels. C’est souvent dans le milieu de la quarantaine que les questions commencent à surgir et qu’il y a une remise en question.

  • Est-ce que je réussis ma vie?
  • Est-ce que je réussis dans ma vie?
  • Est-ce que mes besoins sont comblés?
  • Est-ce que c’est ça que je veux pour le reste de ma vie ?

C’est d’ailleurs pour ça qu’il y a énormément de séparation du couple pendant cette période.

Le bonheur ça ne s’achète pas. Si nous ne le trouvons pas à l’intérieur de nous, nous ne le trouverons pas nulle part ailleurs.
Alors pour répondre à la question de cet article, sans amoureux, manque-t-il quelque chose à mon bonheur ?

Je répondrai que, mon amoureux est un supplément à mon bonheur, qu’il participe à ce bonheur, mais que le bonheur ne se trouve pas en lui, ni en nous, mais bien en moi.

Être seul sans amoureux ne veut pas dire avoir une vie terne et sans plaisir. Le partage avec  les amis et la famille sont importants et comblent une grande partie de ce manque.
Je connais des célibataires qui se disent heureux, parce qu’ils sont toujours très occupés et en demande. Cependant, si je creuse un peu et je pose les bonnes questions ou plutôt les vraies questions, qui s’adressent à leur cœur et non à leur tête, il y a presque toujours des réponses du genre, je suis bien, mais ça me manque de ne pas pouvoir partager avec un ou une partenaire.

PARTAGER! Voilà pour moi le bonheur. C’est le partage. 

Le partage des petits bonheurs quotidiens.
C’est de me réveiller le matin avec mon partenaire de vie.
C’est de prendre un café relaxe le matin en écoutant les oiseaux.
C’est une niaiserie qui me fait pouffer de rire.
C’est une bonne marche main dans la main.
C’est de faire des activités ensemble.
C’est de voir amis et famille.
C’est de voyager ensemble.
C’est de se faire plaisir et…
C’est d’avoir hâte à la fin de journée de travail pour retrouver mon amoureux.

Et surtout, tout ceci dans la simplicité, la paix et l’harmonie.

Voilà pour moi ce qu’est le bonheur. Pas trop compliqué, n’est-ce pas?

Est-ce que ce genre de bonheur vous manque ?

Alors, malgré que je suis une femme épanouie personnellement et professionnellement et que la vie est bonne pour moi. Je crois en une relation homme/femme très harmonieuse.

Alors, sans amoureux, manque-t-il quelque chose à mon bonheur ?
Je dois être honnête avec vous et répondre oui à cette question. Peu importe ce que la vie me donne, si je ne peux pas le partager avec un complice, il me manquera toujours un petit quelque chose à mon bonheur.

 

Et vous, croyez vous que l’on peut être heureux à 100 % si on est seul sans amoureux ?
Donnez-moi votre opinion dans les commentaires.

 

A propos de l'auteur

Madeleine Lamarre

Je suis une femme de cœur, une passionnée de la vie, toujours positive et à l'écoute des gens. Je veux faire une différence dans la vie des gens en partageant mes connaissances.

Lien Permanent pour cet article : http://www.vivre-harmonie.com/sans-amoureux-manque-t-il-quelque-chose-a-mon-bonheur/

35 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Michèle

    Bonjour,

    Il est certain que plus notre vie est remplie, voir comblée, par notre travail (accomplissements), nos ami(e)s (se sentir aimé et surtout accepté), nos connaissances (qui comblent certains vides à l’occasion), il demeure que pour moi, être en couple, est essentiel à un bon équilibre.

    Par contre, ma dernière relation a été difficile, beaucoup d’investissement (7 ans) pour en finir avec une séparation et une grand déception et tristesse. Alors me revoici, à un âge mure, encore célibataire. Et plus j’avance en âge, et plus je constate, que d’avoir une personne avec qui partager son quotidien, ses joies et ses peines, avec qui « jouer » (c’est important) avoir un complice est agréable et nécessaire. Pas que je sois « dépendante affective » mais c’est, selon moi, essentiel et cela donne un tout autre sens à la vie.

    Merci pour votre site qui est toujours une source d’inspiration.

  2. malou

    Bonsoir Madeleine,

    Ravie de découvrir ce blog par l’intermédiaire de ton article magnifique que j’ai largement diffusé autour de moi, puisque depuis quelques temps, ami(e)s ou patient(s) se retrouvent « célibataires » après une histoire plus ou moins longue et dans la souffrance, le manque, l’incompréhension …. quelle belle synchronicité que je tombe justement sur ton article !

    C’est bien évidemment qu’il faut « travailler » sur l’amour de soi et être heureux d’abord avec soi … j’ai coutume de dire que le couple c’est 1+1=3 j’ai du le répéter déjà un million de fois : soi + l’autre : chacun avec son histoire, ses peurs réglées ou non, son égo, etc et 3 étant le couple ou se situe la zone le partage ! que penses tu de cette équation ?

    Quant à moi célibataire de fait depuis un an, je me suis posée les questions que soulèvent SCO :
    qu’est-ce qu’un amoureux m’empêcherait de faire, d’être ou d’avoir? De quoi ai-je peur de vivre en étant avec un amoureux? Parce qu’il s’agit bien de peurs :) j’ai un métier passionnant qui me prend beaucoup de mon temps, dans lequel je suis épanouie, et mes expériences passées m’ont permis de corriger ce qui n’allait pas chez moi :) la peur la plus grande pour moi : la perte ou la réduction de cette liberté actuelle dans laquelle je suis si bien, je m’aime également …. et je suis heureuse avec juste moi :) mais, parce qu’il y a un mais, et là je te rejoins complètement, je me dis depuis quelques temps de plus en plus souvent qu’il manque juste un chouia pour que la bonne personne se présente … j’ai confiance, cela se fera en son temps ! et là en route pour le partage et le bonheur non pas seule mais à deux :)

    Merci pour ton article inspirant !
    malou Articles récents..Sa voix intérieure : son âme d’enfant ?

    1. Madeleine Lamarre

      Merci Malou, je n’ai aucun doute que tu trouveras un homme bon pour toi. Le travail que tu fais sur toi va attirer la bonne personne.
      J’ai été célibataire pendant 4 ans et je le savais en dedans de moi que je rencontrerais la personne dont j’ai besoin et qui est dans la même énergie que moi.
      La vie l’a mis sur ma route il y a 5 mois.
      Je te souhaite bonne chance et merci beaucoup pour tes partages.
      Merci de m’aider à aider les gens qui ont besoin de lire des articles comme ça.

      1. malou

        Merci Madeleine et très juste ce que tu me rappelles et qui est tellement évident que j’oublie même de le dire : dans la « même énergie » que soi, c’est très très important ! à très bientôt ;)
        malou Articles récents..Te prend pas le chou, ca vaut pas le coup !

  3. wafaa

    on ne peut jamais être heureux a 100%, parce que c’est la vie, si non, ça serait le paradis

    1. Madeleine Lamarre

      Vous avez raison, mais au moins nous pouvons essayer de se rapprocher le plus possible du 100%. C’est bien de se fixer des objectifs et ne pas rester toujours à la même place dans la vie.
      Merci de votre passage sur mon blogue.

  4. Florence

    Oui j’ai conscience de tout ça, et j’essaie de vivre ma vie quand même. Avec mes enfants, avec une amie. Ou aller me balader, mais… seule pour respirer la nature… Je n’ai pas consulté de thérapeute pour trouver cet équilibre dont vous me parlez. Les thérapeutes ne sont pas remboursés..
    Je suis cartésienne et me pose la question si ça vient de moi. Car ce n’est pas la première fois qu’un homme me fait le coup de « je tiens à toi » mais pas pour de bonne raisons finalement…. en tout cas pas celle auxquelles moi j’aspire, celles dont vous parlez si bien : « se réveiller le matin avec son partenaire de vie, prendre un café relaxe le matin en écoutant les oiseaux. » Les oiseaux je les écoute et j’adore les entendre en prenant mon café le matin. c’est juste que pour le côté partage et faire des choses ensemble… c’est très inexistant.
    « Une bonne marche main dans la main » c’est râpé… faire des activités ensemble, aussi ; voyager ensemble n’en parlons même pas… ; avoir hâte à la fin de journée de travail pour retrouver son amoureux : moi oui…
    Alors dans la simplicité, la paix et l’harmonie : j’aimerais bien.
    Pour vous comme pour moi c’est bien ça le bonheur aussi. Mais ça semble compliqué. Voir compromis…
    Et si je répond à la question :
    Est-ce que ce genre de bonheur vous manque ?
    La réponse sort de mon coeur au galop : OUI.

    Merci infiniment pour l’écoute et votre temps.

    1. Madeleine Lamarre

      Florence, je vous suggère de visionner cet vidéo. Connaissez-vous la méhode Hooponopono? Regarder cet vidéo elle est en anglais et un bout en une autre langue que je ne connais pas. Cependant le principe de cette méthode est de reconnaître que tout part de vous et que vous devez vous aimer et surtout vous pardonner.

      Il faut répéter ces quatre phrases en vous parlant à vous.
      Je t’aime
      Je suis désolée
      Pardonne-moi s.v.p.
      merci

      Je me permet de vous dire ceci. Avant qu’un homme vous aime pour vous et ce que vous êtes en dedans, il faut vous pardonner et vous aimer. La première personne qui doit vous rendre heureuse est vous Florence.

      Répéter ces phrases des centaines de fois par jour s’il le faut. C’est ce que cette vidéo dit par ses textes et par ses images.

      Je vous suggère un livre (sans savoir si vous l’avez en France). Zéro limite, de Joe Vitale.

      La vie est dure parfois, mais c’est toujours pour vous faire prendre conscience et vous permettre d’évoluer.

      Merci de votre commentaire Florence.

    2. Florence

      Merci Madeleine.

      1. Madeleine Lamarre

        Vous êtes la bienvenue sur ce site Florence. J’espère que cet vidéo vous aidera.
        J’ai vérifié, ce livre est sur Amazon, mais vous avez certainement des bibliothèques qui auront sans doute ce livre.
        Je vous suggère de vous inscrire à la liste de diffusion, pour être tenu au courant des nouveaux articles.
        Voici un lien, si cela vous intéresse.

        Inscrivez-vous ici

        1. malou

          Est ce que l’autre langue dont vous parlez ne serait pas de l’hawaien ? la méthode ho’oponopono est d’origine Hawaienne me semble t il ?
          malou Articles récents..Ton corps te parle ? S’il te plait, écoute le !

    3. Florence

      Merci infiniment Madeleine. Je vais me le procurer aujourd’hui. Cette vidéo, m’est agréable. La méthode est ressemblante à celle de Monsieur Coué. Vous savez j’ai fait le test des éléments, je suis terre, je m’en doutais je suis aussi chien… et taureau.. Mais en refaisant le test car les explications avait disparues, je me suis retrouvé feu… Oô … J’aurais tellement à dire… que je pourrais à moi toute seule polluer tout votre blog… hihi.
      Merci pour le lien, je m’y inscris tout de suite. Vous êtes une personne de coeur, c’est rare et infiniment agréable.

  5. Florence

    Bonjour Madeleine,

    Voici un article formidable en effet et je rejoins la dessus les autres personnes.
    Je vais essayer d’être brève et vous faire part de ma petite histoire de recherche du bonheur avec une autre moitié de coeur…

    Les montagnes russes du bonheur ^^

    A 40 ans, est-ce que c’est ça que je veux pour le reste de ma vie ?… non : … j’en avais 38 quand j’ai décidé de dire stop à un mariage qui ne me convenait plus… (la faute aux comptes de fées ? peut-être mais je vous passe les détails du compte d’enfer) J’avais deux enfants, mais seule à m’en occupée, mon mari passait 14h à son travail parce que « cadre » … on se fatigue de tout ça quand les enfants deviennent ados, et qu’ils manquent cruellement de leur père.

    Ce stop je l’ai dit il y a 4 ans. J’aurais raté mon mariage mais les enfants auront retrouvé un père avant qu’il ne soit trop tard. et pourtant pour mon plus grand il était déjà trop tard… (après fugue et tentative de suicide…) Il a aujourd’hui 19 ans et ma fille 16 ans. Ils sont épanouis.
    En divorçant j’ai acquis l’obligation qu’il s’en occupe 2 week end sur 3.
    J’étais épuisée moralement et malheureuse. Je me sentais seule. J’ai perdu des tas de connaissances et la seule famille que j’avais était la sienne et ne me parle plus … J’ai déménagé et je ne connais donc plus personne. Mes moyens sont maigres pour les activités sportives de groupes et je n’ai pas le coeur d’aller à la rencontre d’une association de peur d’être regardé comme une extra terrestre… arg’

    Il y a 9 mois, parce que la solitude me pesait incroyablement, j’ai franchi le pas du site de rencontre… j’ai rencontré quelqu’un de formidable avec lequel j’aime être.
    Il a 49 ans, divorcé et vie seul… enfin presque comme moi. Il fait un métier passionné et magnifique de kiné. Ses horaires sont de 12h par jour… non non je plaisante pas…
    Au bout d’environ 3 à 4 mois je l’ai dit à mes enfants pour pouvoir aller le rencontrer le soir en semaine et que mes enfants sachent ou j’étais. Ils ont été assez content d’apprendre que leur mère n’était plus seule et heureuse je crois.

    Il a 2 filles de 19 et 21 ans et bien elles ne savent pas que j’existe.
    A cet age là elle viennent passer le temps qu’elles veulent chez leur père, il n’y a pas d’ »un week end sur deux » ou d’instauration quelle que ce soit. Chaque week end maintenant l’une des deux va le voir, alors moi, je ne peux pas.

    Et je ne sais même plus qui je suis. Ni ce que je vaut pour lui.
    Le bonheur en instant présent il faut pouvoir avoir quelque chose ou des gens pour le partager.
    Depuis 8 mois – une fois par semaine pour le mieux parfois une fois tous les 15 jours, je vais le retrouver quand il le souhaite, le temps que ce soit dit, après 40 mn de route assez rapide pour éviter de perdre du temps… je peux y arriver à 22h30 parfois plus tard… et je repars au petit matin, vite avant qu’il reparte au travail. Je suis quoi ?
    Et si je m’insurge, si je hurle du fond de mes textos… il prend la mouche alors on ne se voit pas pendant 1 mois… mais on communique chaque jour… par texto. C’est comme une drogue… une impression virtuelle de ne pas être seuls… Mais je le suis toujours. C’est comme une manipulation.
    Voilà je m’arrête parce que les larmes viennent… Le bonheur est à porté de main sauf que mon bras est trop court…

    Le partage des petits bonheurs quotidiens… comme il est dit dans votre si bon texte Madeleine, je n’arrive pas à le connaitre.

    Merci Madeleine de me permettre de témoigner.

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Florence, ce blogue en est un de partage, alors vous êtes la bienvenue et merci de votre témoignage.
      Sans vouloir juger qui que ce soit, je crois que vous remettez votre bonheur entre les mains de cet homme qui ne semble pas vraiment prêt à vous laisser de la place actuellement. Il semble qu’il ne veule pas vraiment votre bonheur.

      Cependant, vous êtes consciente de ce qu’il vous fait vivre et cela est déjà très bien.
      Peut-être que vous devriez demander de l’aide. Je sais que vous êtes de la France et malheureusement je ne connais pas du tout les endroits ou vous pourriez aller.

      Avez-vous déjà essayer de consulter un thérapeute qui pourrais vous aider à trouver votre équilibre émotionnelle?

  6. Mona

    Très beau sujet Madeleine,

    Après 35 ans de vie commune + 4ans de fréquentation avec mon ex, je pensais que j’avais eu ma dose et que j’étais justement très bien avec « mon moi-même ».

    Oui, je suis capable d’être « heureuse » quand même et je suis très apte à savourer tous les petits bonheurs que la vie m’apporte, mais un chum et surtout l’amour, ça fait du bien au moral et à l’âme si je peux me permettre……

    Je ne pensais pas avoir besoin de ça à nouveau dans ma vie, mais finalement je me rends compte qu’il manquait un petit quelque chose….
    On a beau dire, on a beau faire et parfois se faire croire que l’on est très bien toute seule, mais on peut être très bien en couple aussi……
    Les deux ne sont pas nécessairement indissociables au bonheur….

    Merci pour ce beau sujet Madeleine

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Mona, il est vrai que nous les femmes autonomes, nous fonctionnons très bien seules. Mais avoir quelqu’un pour partager son quotidien est un plus dans notre vie.
      Merci de ton témoignage.

  7. Sco!

    Tu es «taguée» Madeleine!

    Tu n’y comprends rien?

    Viens faire un tour de mon côté!

    Sco! :)

  8. Mariette

    Le bonheur est différent pour chacun et ce qui est surtout important c’est de le savourer à chaque instant, là ou il est.
    Ce ne sera pas uniquement le fait d’être accompagné ou pas qui nous rendra heureux, c’est surtout de ressentir du bonheur pour les milles et une choses que la vie nous apporte…
    En vivant l’instant présent on découvre le bonheur!
    Et dans la vie de couple, j’ai remarqué que c’est dans les moments d’oubli de soi, quand on regarde ensemble dans la même direction que le bonheur s’installe…
    Beau sujet Madeleine, à bientôt.
    Mariette

    1. Madeleine Lamarre

      Très bon témoignage Mariette.

      Vous avez tout à fait raison en disant que c’est dans l’instant présent que nous sommes heureux.

      C’est comme ça que nous pouvons vraiment apprécier les moments de bonheur.

      Merci de votre commentaire.

  9. Nadine

    LE bonheur ou plutôt l’ensemble de tous les bonheurs c’est être bien à l’intérieur de soi, qu’elles que soient les vicissitudes de la vie. Nous sommes notre propre source de bien-être.
    On peut être parfaitement heureux tout seul et très malheureux en couple.
    Il y a une blessure d’ego qui fait qu’on pense avoir besoin de l’autre pour être heureux.
    Ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas partager des moments intenses ou agréables avec un compagnon, ou, qu’on doive vivre seul, au contraire. Mais attendre de l’autre qu’il fasse notre bonheur est un leurre, car, la seule personne qui sache réellement ce qui peut nous procurer ce bonheur c’est nous.

    Et nous ne saurons jamais exactement ce que la personne qui partage notre vie espère. Même le dialogue et une grande ouverture d’esprit ne peuvent nous éclairer complètement parce que nous sommes tous tellement différents de part notre éducation, notre culture, nos blessures intérieures,notre égo….

    La seule façon d’être bien avec quelqu’un est d’être notre propre source de tout ce dont nous avons besoins et de ne pas faire peser nos demandes sur ses épaules.
    Dès lors nous pouvons recevoir ce qui nous est offert sans attente particulière. Aimer l’autre pour QUI IL EST.

    1. Madeleine Lamarre

      Je pense exactement comme toi Nadine, le bonheur est en nous. Notre amoureux ne peut pas connaître à ce point nos besoins.
      La difficulté est que la majorité des gens ne connaissent pas leurs propres besoins, alors comment être heureux sans connaître ses besoins?
      Les attentes sont énormes de la part du partenaire à ce moment et il ne peut malheureusement pas combler ce manque.

  10. Gina

    Bonjour madeleine,
    je découvre ton article en même temps que ton blog et j’apprécie les deux.
    En ce qui concerne le sujet de ton article je pense que pour être heureux avec l’autre
    il faut d’abord être en harmonie avec soi-même.
    Et être seul à une période de la vie ne peut être que bénéfique pour soi
    Si l’on recherche le bonheur en soi. En passant plus de temps avec soi on apprend à se connaître et ainsi on peut établir une relation saine avec l’autre. Le tout est de savoir si l’autre est en harmonie avec lui-même pour avoir une relation vraiment harmonieuse. (là je déborde…)
    Très bon article.

    Gina

    1. Madeleine Lamarre

      Merci beaucoup Gina de votre commentaire. Revenez me voir et continuez à donner votre opinion.
      Ça me fait vraiment plaisir.

  11. Sco!

    Allô Madeleine,
    Je suis d’accord avec toi que sans partenaire de vie, il manque quelque chose pour être heureux(se). Je dirais plutôt qu’il pourrait manquer quelque chose au bonheur d’une personne.

    Je crois toutefois, comme le dit Hannah, que c’est un «choix» délibéré ou inconscient.

    Les questions à se poser à ce moment-là seraient peut-être : qu’est-ce qu’un amoureux ou amoureuse m’empêcherait de faire, d’être ou d’avoir? De quoi ai-je peur de vivre en étant avec un amoureux? Les réponses pourraient expliquer pourquoi une personne serait seule tout en désirant être en couple.

    J’espère que tu participeras à nouveau à la Croisée des blogs.

    À bientôt!
    Sco! :)

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Sco, effectivement si une personne qui se dit être bien seule, mais que dans le fond elle désire être en couple. C’est qu’il y a des peurs derrière ça.

      Comme tu l’as si bien écrit: «Les questions à se poser à ce moment-là seraient peut-être : qu’est-ce qu’un amoureux ou amoureuse m’empêcherait de faire, d’être ou d’avoir? De quoi ai-je peur de vivre en étant avec un amoureux?»

      Pour trouver ces réponses, il n’y a rien de mieux que la méthode de la psychanalyse corporelle comme je pratique.

      Merci de ton commentaire Sco.

  12. Pascal

    Coucou Madeleine,

    Celui qui connaît le bonheur ne t’en parlera jamais, tu le verras sur son visage… Regarde quand tu vois un enfant qui est heureux, prend un cliché virtuel de ces moments dans ton cerveau, maintenant cherche cela sur un adulte, et fais bien attention, il y a tant de magiciens….

    Juste pour te faire un petit clin d’oeil, mais surtout pour te remercier de ton petit mot sur le forum…

    Voui, voui, j’aime bien passer pour un demeuré, mais j’arrive souvent a faire la différence entre magiciens et humains…mais ça tu le savais déjà (;-)

    Amicalement,

    Pascal.

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Pascal, oui c’est vrai, comme on dit «Les gens heureux n’ont pas d’histoire». Les gens que nous entendons sont ceux qui ne se disent pas heureux ou qui ont tellement d’attentes face à leurs amis ou amoureux qui ne trouvent jamais la paix et le bonheur.

      Merci de ton commentaire.

  13. hannah@methode Tipi

    Bonsoir Madeleine,
    J’ai planché sur ce même thème pour la croisée des blogs.
    Je crois que les personnes qui choisissent d’être seules le font dans un but honorable de ne pas souffrir. Celles qui choisissent un compagnon ou une compagne de vie (et qui sont sortis de la dépendance) sont courageux car la confrontation des égos est grande.
    Je dis « choisissent » car je crois que dans ce domaine particulièrement, nous créons notre espace relationnel, que ce soit délibéré ou de façon inconsciente.

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Hannah, rester seule par peur de souffrir est compréhensible, cependant cela ne règle rien.
      Puisqu’une personne dépendante, le sera toujours. Si ce n’est pas d’un amoureux (amoureuse), ça le sera de sa mère ou son père, de l’alcool ou de n’importe quoi d’autre.
      La seule façon à mon humble avis d’y arriver est vraiment de travailler sur soi et d’être bien accompagné dans cette démarche.
      Heureusement, il y a toujours une façon de s’en sortir.
      J’ai aidé à plusieurs reprises des gens qui vivaient une dépendance et je peux te dire que la qualité de vie de ces gens c’est amélioré depuis.

      merci de ton commentaire Hannah

  14. farid

    Un homme de plus pour commenter cet article de qualité.

    Pour ma part, j’ai également besoin d’avoir une femme à mes côtés pour me sentir heureux, sinon je ressens comme un grand vide.

    Pas évident d’être dépendant ainsi, mais il est vrai que je pourrais vivre sans amis, mais je ne pourrais pas vivre sans femme

    1. Madeleine Lamarre

      Il n’est pas facile d’admettre ce que tu dis, puisqu’il faut d’abord en prendre conscience.
      Beaucoup de gens vont le cacher et même ne veulent pas se l’admettre à eux même.
      Merci de ton témoignage Farid et surtout de ton honnêteté.

  15. Pascal Colombani

    Hello Madeleine,

    Joli article que voilà…

    Moi je t’avoue que je vis un grand bonheur, depuis 17 ans maintenant, d’avoir à mes côtés la personne qui partage ma vie.

    Ce bonheur là me booste chaque jour depuis. Et je ne suis pas persuadé que je serais heureux si je ne l’avais pas.

    Alors je comprends Marc, ou d’autres, qui ressentent un manque au fil du temps qui passe.

    Mais je connais aussi, comme tu en connais, des personnes célibataires qui sont parfaitement heureuses, ou en tous cas qui le revendiquent.

    Le bonheur – et ce qu’il signifie, bien évidemment ça appartient à chacun, il n’y a pas de modèle type.

    Au fond, ce que nous cherchons tous, c’est le partage. maintenant, il y a plus d’une manière de partager, y compris en étant célibataire. car un jour ou l’autre, le partage amène… au bonheur !

    1. Madeleine Lamarre

      Effectivement Pascal, avoir quelqu’un à ces côtés qui t’encourage c’est une super motivation. Comme on dit, derrière chaque grand homme, il y a une femme. Mais je peux te dire aussi que le contraire est vrai aussi.
      Je te souhaite encore longue vie avec ta conjointe.

      Merci de ton commentaire

  16. Marc

    Bonsoir Madeleine,

    Première fois que je viens commenter ici mais ton article a retenu mon attention puisque depuis quelques semaines (et ma petite baisse de moral), je me demande justement si on peut être vraiment heureux en restant célibataire.

    Je pense effectivement que lorsque notre vie est bien remplie de projets, d’amis et autres choses, on peut se passer de partenaire pour être heureux.
    Mais il est rare que notre vie soit tout le temps bien remplie.
    Les projets vont et viennent, les amis ne sont pas toujours disponibles.

    Dans mon cas, vu que je suis auto entrepreneur, j’ai un double décalage avec mon entourage : je suis célibataire et mon emploi du temps est très flexible.
    Mais au final je ne peux pas profiter de ces avantages avec mes amis qui ont une vie plus « normale ».
    Et encore j’ai de la chance d’avoir un groupe d’amis de longue date avec lesquels on se réunit très souvent.

    Mais je sens bien quand même qu’il me manque quelqu’un pour partager plus de moments de vie.
    Et dans le même ordre d’idée, je suis bien conscient qu’avoir un ou des enfants change une vie, lui donne certainement plus de sens.

    Tout un débat en somme ;)

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Marc, et bien je suis très agréablement surprise de voir que le premier commentaire que j’ai pour cet article provient d’un homme. Je trouve ça vraiment génial. Merci.
      Comme tu mentionnes lorsque notre vie est bien remplie nous pouvons nous passer de partenaire pour être heureux. Mais je crois que cela dépend vraiment de ta définition du bonheur et ça, c’est propre à chaque être humain. Mais ce qui est certain pour moi, c’est que le bonheur est dans le cœur et non dans toutes les activités que je peux faire pour remplir mon agenda.
      Ce n’est pas ça qui fait que j’ai une belle et bonne vie, mais parce que je suis bien en dedans, je peux apprécier ces activités et faire en sorte qu’elle me rendre heureuse. Je te donne un exemple. Je suis déjà allée à plusieurs reprises dans des fêtes en étant triste en dedans et crois-moi, je n’ai pas apprécié du tout ces sorties. Ce qui me prouve que le bonheur est à l’intérieur et que pour apprécier le reste, je dois être bien en dedans.
      En ce qui concerne le fait d’être auto entrepreneur, je ne connais pas ton travail, mais est-ce que tu ne pourrais pas tourner ça à ton avantage en te disant que tu peux gérer ton horaire à ta guise et ainsi avoir un peu plus de flexibilité?

      Merci beaucoup de ton commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse