«

»

Être en paix avant le dernier voyage, est-ce possible ?

Je vous offre cet article que j’ai écrit pour la croisée des blogs qui est un échange d’article sur un sujet touchant le développement personnel. L’édition de mars 2012, organisée par Julien du blog The Life List. Le thème de ce mois-ci est : Que souhaitez-vous réaliser avant de mourir et comment allez-vous vous y prendre?

Dans le cadre de mon travail, j’ai rencontré une dame de 87 ans lors d’une rencontre en psychanalyse corporelle. Nous avons discuté de choses et d’autres, mais le sujet qu’elle voulait vraiment discuter avec moi était comment régler le conflit dans sa famille avant de mourir.

Elle a passé au moins les 20 dernières années à essayer de les rassembler. À faire l’arbitre entre les membres de la famille. À faire semblant de ne pas être touché par ça. À ne pas montrer sa peine et même à se faire reprocher de prendre parti pour une ou pour l’autre.

Aujourd’hui à 87 ans,  son rêve est d’avoir l’harmonie dans sa famille, afin d’être en paix pour son dernier voyage me dit-elle.  Croyez-vous que c’est possible ?

Pour elle, partir en paix voulait dire que tous ses enfants, ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants soient réunis, en harmonie et qu’il n’y ait plus de mésentente. Son cœur de maman et de grand-maman  était blessé.

Après l’avoir écouté, je lui ai expliqué ceci.

Être parents ne veut pas dire prendre la vie de ses enfants sur ses épaules. Être parents veut dire, aimer et accompagner ses enfants sur leur parcours de vie. Après un certain temps, ils sont assez grands pour choisir la route de leur choix et nous devons respecter ça.
Cependant, nous avons le droit de ne pas être d’accord avec leur choix de vie,  nous avons le droit de dire ce que nous ressentons en dedans (sans jugement) ou de leur exprimer ce que leurs choix ont comme répercussion sur notre vie ou sur la vie de nos proches.

Mais à partir d’un certain âge,  leur vie et leur choix de vie leur appartiennent. Vous devez vous détacher et accepter que ce soit leur vie et qu’il n’y ait rien que vous pouvez faire pour régler ce conflit, puisque ceci ne vous appartient pas.

Que les enfants choisissent de ne plus se parler, qu’ils choisissent de se droguer ou de fumer, de faire leur vie avec un homme ou une femme qui ne nous plaît pas, ceci leur appartient. Et nous, en tant que parents, nous devons les aimer et respecter leur choix. C’est ce qu’on appelle le détachement. C’est-à-dire les aimer,  sans prendre sur nos épaules leur vie et leur choix de vie. Ceci est vrai, peu importe notre âge.

Dans le contexte de cet article, pour être en paix avant son dernier voyage, c’est-à-dire avant de mourir, cette dame doit absolument se détacher de la vie de ses enfants. Elle doit leur remettre leur vie, afin de l’enlever de ses épaules. À 87 ans, elle est encore très en forme. Il est temps de penser à mettre ses énergies à se faire plaisir et profiter de la dernière partie de sa vie.

S’il y a une chose que je souhaite à tout le monde avant de partir pour le dernier voyage, c’est de trouver la paix. C’est le plus beau cadeau que l’on puisse s’offrir. Surtout, n’attendez pas d’avoir 87 ans, faites-le le plus tôt possible. (Lire aussi mon article : Comment la psychanalyse corporelle m’a permis de trouver la paix).

C’est tellement extraordinaire de pouvoir dire à une femme de cet âge, comment faire pour partir en paix. Si j’ai permis à cette dame de vivre un peu plus en paix ce qui lui reste de vie, alors je dis merci à la vie de me permettre de faire ça.

Et vous, si on vous étiez dans la dernière partie de votre vie, que souhaiteriez faire avant de partir ?

Y a-t-il une chose que vous voulez faire absolument avant de mourir ?

A propos de l'auteur

Madeleine Lamarre

Je suis une femme de cœur, une passionnée de la vie, toujours positive et à l'écoute des gens. En tant que thérapeute spécialisée en libération émotionnelle, mon but est de partager mes connaissances et ainsi, aider le plus de gens possible.

Lien Permanent pour cet article : http://www.vivre-harmonie.com/etre-paix-dernier-voyage/

8 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Hannah

    Bonjour Madeleine,
    Je viens de découvrir que tu as fait aussi cette croisée des blogs et que tu viens de t’inscrire sur le forum de dev.perso.
    Etre en paix avant de mourir me paraît essentiel. maintenant qu’on sait qu’il vaut mieux partir en paix, autant l’être tout de suite. Je suppose que cette dame avait fort à faire à se remettre en question pour la première fois à son âge. Mais nous savons que si elle n’était pas en paix avec ses enfants, c’est sans doute que le conflit avait pris naissance bien avant et sans doute à l’âge où c’était elle l’enfant!

    Hannah Articles récents..Problèmes dentaires: dis-moi à quelle dent tu as mal…je te dirai qui tu es!

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Hannah, ce n’était pas la première fois qu’elle se remettait en question elle par rapport à ses conflits intérieures.

      Mais c’était la première fois qu’elle devait le faire face à ses enfants. Et ça, ce n’est jamais facile à faire.

      Merci de ton commentaire.
      Madeleine Lamarre Articles récents..Être en paix avant le dernier voyage, est-ce possible ?

  2. zenie

    Bonjour Madeleine, j’ai bien aimé tout le paragraphe que tu as mis en citation sur « être parent  » mais ça doit demander un énorme travail sur soi d’accepter cela et de laisser ses enfants grandir et vivre dans cette optique..

    zenie

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Zénie, effectivement avant même d’être capable de dire ça aux gens, j’ai dû moi-même faire un grand travail intérieur.
      Pour pouvoir aider les gens, c’est vraiment la priorité. Cependant les gens qui viennent me rencontrer en consultation, sont pour la plupart, prêt après quelques rencontres à penser comme ça.

      C’est seulement lorsque tu es libéré toi-même que tu ressens vraiment à l’intérieur ce qui est écrit dans ce paragraphe. Dans ce sens qu’après avoir essayer de l’aider, si cet enfant ne veut pas ou n’est pas prêt, on doit en tant que parent lui remettre sa vie entre ses mains.

      C’est comme une personne alcoolique, tant qu’elle ne prend pas conscience qu’elle a un sérieux problème avec l’alcool, ses proches auraient beau faire n’importe quoi pour l’aider, tant que cette personne n’est pas prête, il n’y a pas grand-chose à faire.

      Je comprends cependant qu’avec nos enfants, c’est toujours plus difficile et jamais je ne jugerai un parent qui ne peut pas arriver à faire ça.

      Merci de ton commentaire Zénie.

  3. Julien | thelifelist

    Merci pour ta contribution… qui soulève une question fondamentale! Comment comptes-tu trouver la paix ? :)

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Julien, c’est intéressant d’écrire un article et de se faire poser une question aussi fondamentale que ça.
      Je vais donc tenter d’y répondre ouvertement. Comme l’explique un article que j’ai écrit sur ce blogue, en 2007 j’ai eu la chance et le bonheur d’être sur la route d’une personne nommée Marie-Pauline. Je t’invite à lire mon article
      http://www.vivre-harmonie.com/comment-la-psychanalyse-corporelle-ma-permis-de-trouver-la-paix/

      Après la rencontre avec cette femme, j’ai choisi de faire tout ce que je peux pour être en paix avec moi-même. Je cherchais cette paix depuis tellement longtemps. J’avais maintenant les outils. C’est avec quelques séances de psychanalyse corporelle que j’ai enfin touché à la paix intérieure.

      Aujourd’hui, je suis bien en dedans, bien dans ma peau. C’est tellement un beau cadeau que je me suis offert. Aujourd’hui, c’est moi qui aide les gens avec la psychanalyse corporelle. C’est vraiment un grand bonheur pour moi de voir mes clients prendre leur vie en main et atteindre tout doucement leur paix intérieure.

      Merci pour cette belle question Julien.

  4. Sco!

    Allô Madeleine,
    Je viens de voir que tu as soumis cet article pour la présente Croisée des blogs sur le site Développement personnel.

    J’aurais bien aimé savoir ce que cette dame t’a dit suite à ta réponse. Comment était-elle lorsqu’elle t’a quittée? Pour elle, c’était tellement important l’entente entre les membres de sa famille. Il n’y a pas à dire, se tracasser pour ses enfants ça ne s’arrête jamais, peu importe l’âge.

    C’est certain qu’être en paix avec soi-même à tout moment et surtout avant le grand départ est, à mon avis, l’essentiel…

    @bientôt!

    Sco! :)
    Sco! Articles récents..Être ou ne pas être : voilà la question

    1. Madeleine Lamarre

      Bonjour Sco, concernant cette dame, une de ces premières réponses (question) a été : ah oui! Tu penses que je peux faire ça ?

      C’est comme si, pour la première fois, quelqu’un lui disait que c’est correct de penser à elle. Que c’est correct de lâcher prise et que de le faire, ça ne fait pas de nous des mauvais parents.

      Je ne dis pas que tout est réglé dans sa vie familiale, mais pour moi l’important était qu’elle prenne conscience qu’elle avait le droit de penser juste à elle et que la vie la menée jusqu’à 87 ans sans pratiquement aucun problème de santé, il fallait qu’elle profite de sa vie.

      Et bien, imagine-toi que je lui ai parlé hier et elle m’a dit qu’elle avait décidé de partir en croisière pour la première fois de sa vie. Elle se cherche une partenaire de voyage.

      WOW, ça c’est un beau cadeau!
      Merci de ton commentaire Sco.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse